200210

Un jour j'ai vu un frelon, il était gros comme ça.

hedi41
Ramon_Haindl1
S'ils ne font pas l'Intro, je pleure.
Cela dit, s'ils la font, je pleure aussi.

Nous sommes au pied d'un long linge blanc. Il recouvre toute la scène. Les premières notes s'échappent de la Gibson dorée de Romy et ce drap ne fait plus office de rideau mais d'écran aux ombres que renvoient les trois des xx. Les gabarits asiatiques s'entrecroisent, s'isolent, se superposent, disparaissent au son de l'incommensurable introduction. Magnifique, ce prologue arrime Crystalised, et donne l'occasion au couple infernal de faire entendre leurs voix pour la première fois ce mercredi soir, ce qui ne manquera pas de nous éberluer. En effet, on peut dire que nous nous trouvons face à un phénomène pas moins rare que spectaculaire: les deux chanteurs de ce groupe austère jouissent d'un véritable don. Certes, il n'est pas faux qu'ils grossissent un peu le trait, elle essayant de la voiler comme les Cocteau Twins, lui jouant à mort sur son aspect suave, même parlé, mais cela ne gâche en rien le plaisir d'assister à un tel prodige.
En troisième lieu, Islands, l'unes des meilleures, confirme déjà tout ce que l'on a appris durant les dix minutes qui viennent de s'écouler. Elle commence par son milieu, bouleversant l'ordre savament établi à l'origine. Ceci ne sera pas l'unique petite modification qu'apportera le groupe à ses chansons, les étirant, leur donnant un visage carrément techno, ou les remixant sur le tard les unes avec les autres. On note qu'Oliver est, assurément, un garçon épatant, de par son that bridge is on fi-i-re, mais aussi par ses yeux de braise pétulants, ses oreilles rougies par les projecteurs derrière lui, la lenteur envoûtante de ses mouvements.
Heart Skipped a Beat, peut-être ma favorite, est égale à elle-même. Nous nous y abandonons sans résistance, kiffant de la nuque et du talon, décroisant les bras.
Après l'effet Fantasy loupé, c'est avec un Shelter sussuré et conclu par une boucle fort à propos que je me rends compte que le départ de l'Indienne surmenée est, tout compte fait, une bonne chose: ils y gagnent en minimalisme et en concision, ce qui n'est pas sans rappeler les Young Marble Giants ou, même, Joy Division (je peux argumenter si nécessaire pour ceux qui ont lâché). A mille lieues du prosaïsme de la pop absconse plébicitée par les hauts milieux intellos, les xx délivrent un son totalement neuf (comme à pu le faire Foals précédemment), limpide et frugal, sophistiqué et immatériel, tout en ayant quelque chose de très urbain, de rigoureux.
L'infantile VCR se coince dans l'étau de deux reprises: l'une ratée, l'autre totalement aboutie. La différence tient au fait que la première est un morceau emprunté, simplement joué à la manière de The xx, l'autre, Teardops, est véritablement digéré et raffiné, offrant ainsi un chouette résultat.
Malgré les flamandes qui se font une soirée blind-test derrière, malgré les pépés fin limiers sur ressort devant, nous apprécions la funky Basic Space à sa juste valeur. Ils la ponctue par un appendice girond qui résonne jusque Night Time, laquelle éclate après nous avoir soporiphiés par sa confortable vitesse de croisière. Voilà bien tout ce qu'on demande à la musique, faire bondir et trancher nos tripes anesthésiées.
Infinity, où chaque coup de tymbale nous aveugle par flash, est probablement le moment-clé du 17 février 2009. Oliver assomme, blesse, rosse l'instrument avec un venin insoupçonné. Nous sommes ébaubi. A peu près comme si nous même nous étions trouvés sous ses frappes.
Le groupe maudit revient pour Stars, planante, ésotérique, qui elle aussi se brise à retardement, effet que les londoniens maîtrisent décidément à la perfection, et tant mieux. Elle demeurera profondément incrustée jusqu'au lendemain dans nos esprits. Et tant mieux.
La musique, c'est du bruit qui pense.

Posté par Classic Reeboks à 04:37 PM - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Un jour j'ai vu un frelon, il était gros comme ça.

    Ah la la dire que j'ai raté ça.
    Et la première partie au fait?

    Posté par d'Aurevilly, 220210 à 11:40 PM | | Répondre
Nouveau commentaire